Secteur Pastoral Corbeil Saint Germain
Retour à l'accueil

Pose d’une plaque souvenir à la cathédrale Saint Spire après le décès de Mgr Albert Malbois, premier évêque du diocèse

Accueil > Vivre en secteur > REPORTAGES > Pose d’une plaque souvenir à la cathédrale Saint Spire après le décès de Mgr (...)

23 mai 2017 : Après le décès de Mgr Malbois, une plaque souvenir vient d’être posée dans la cathédrale Saint Spire, où Mgr Malbois avait été intronisé le 11 décembre 1966. :

Le tout premier évêque de notre diocèse, intronisé à St Spire lors de la création du diocèse est décédé dans sa 102ème année. Une veillée de prière a eu lieu dans cette même cathédrale dimanche 19 février 2017.
Ce fut l’occasion pour différents témoins - prêtres et laïcs - d’évoquer la carrière, mais aussi la personnalité de Mgr Malbois :

  • L’évêque des années 60, période de grands bouleversements dans l’Eglise et dans le monde, de Vatican II à Mai 68 ;
  • Le premier évêque de Corbeil, soucieux de donner des bases solides à ce nouveau diocèse, qu’il consacra à Marie (Notre Dame de Bonne Garde de Longpont), en s’appuyant notamment sur des prêtres récemment ordonnés et sur les Mouvements de jeunesse ;
  • L’importance qu’il accordait à l’oeuvre missionnaire, particulièrement en Afrique ;
  • Mais aussi l’homme profondément bienveillant, très attaché à sa nombreuse famille, passionné par les icônes de Santorin, et doté d’un grand sens de l’humour comme devait le rappeler Mgr Bobière.


Le cercueil est posé dans le chœur, sous le regard bienveillant de St Spire.

St Spire, église paroissiale, érigée en cathédrale lors de la création du diocèse en 1966.

Mgr Herbulot son successeur immédiat, Mgr Dubost évêque actuel.

Le père Bidzogo, curé de la cathédrale St Spire et Mgr Bobière, vicaire général et ordonné alors que Mgr Malbois était notre évêque.

Le père Bouteiller qui l’a bien connu. Famille, amis, fidèles... plus d’une centaine de personnes ont tenu à participer à cette veillée de prière.

Les témoignages se sont succédé. Le père Forgeot d’Arc, ordonné par Mgr Malbois ; le père Gatineau, historien de notre diocèse et qui l’a souvent interwievé ; M. Fritz, élu et habitant de Corbeil, et d’autres encore...

Après psaumes et Évangile, tous lui ont rendu un dernier hommage devant son cercueil.


Lundi midi, le cercueil quitte St Spire pour rejoindre la cathédrale de la Résurrection à Évry. Mgr Malbois devient le premier évêque à être inhumé en Essonne et dans la crypte de cette cathédrale.

NB/ Photos - Service diocésain communication ; B. Rollet ; E Salvon.

-  Article de La Croix - 13 février 2017
- Article du Parisien - 13 février 2017
- Plusieurs vidéos retraçant son parcours depuis son ordination épiscopale seront mises en ligne, enrichies de témoignages de prêtres ayant travaillé à ses côtés.

Retour sur le parcours de Mgr Albert Malbois

(source : site diocésain)

Mgr Malbois est né le 17 novembre 1915 ; ordonné prêtre en juin 1938 pour le diocèse de Versailles (à l’époque Seine et Oise), il a été longtemps aumônier de lycée, puis "directeur des Oeuvres" à Versailles.
Évêque auxiliaire de Versailles entre 1961 et 1966, il a donc participé au Concile Vatican II à Rome, entre 1962 et 1965.

Évêque du diocèse d’Evry - Corbeil-Essonnes

Il fut le premier évêque du diocèse Corbeil Essonnes entre 1966 et 1977. C’est lui qui a eu la tâche de jeter les premières bases pour l’organisation pastorale du diocèse. "Nous vivions, se souvient-il, une sorte de printemps de ferveur. Tout autour de nous, les gens qui venaient de recevoir leur nouveau département, attendaient impatiemment que le diocèse se mette en place."

A l’époque, son entourage lui disait combien cela devait être formidable de créer un nouveau diocèse. "Mais, les choses ne furent pas aussi simples ! Mon premier réflexe fut d’écouter et de prendre la mesure de la communauté. Par la suite, il m’apparut que la meilleure façon de servir le diocèse était de dire aux Essoniens "vous êtes l’Église", de les soutenir et de les guider dans leurs actions. Au cours de cette dizaine d’années, je dois dire que j’ai souvent eu l’occasion de m’émerveiller de l’énergie déployée par les laïcs."

Bien que versaillais d’origine, Mgr Malbois ne fut pas dépaysé par l’Essonne qu’il lui fallut cependant découvrir en profondeur tout en s’adaptant à son explosion démographique. "Dès mon installation, j’ai entrepris une série de visites pastorales dans chacun des doyennés. Je voulais être très présent dans les paroisses. Ainsi j’ai participé à toutes les confirmations du diocèse pour répondre à cette attente."

Attentif à la présence de l’Église dans le monde, il fut, à la tête du diocèse un homme de liens, travaillant avec tous, attentif à l’oecuménisme, à la prison de Fleury Mérogis, à la vitalité des mouvements apostoliques, à l’insertion des communautés religieuses, etc. Il a consacré 9 lieux de culte et ordonné une quinzaine de prêtres. Il a commencé aussi à mettre sur pieds de petites équipes de laïcs pour assurer une présence d’Église en lien avec les prêtres présents.
Il quitte sa charge à la tête du diocèse de Corbeil-Essonnes en 1977. En 1978, il est nommé à la direction du Conseil central des œuvres missionnaires à Lyon. Il restera à ce poste pendant 10 ans avant de revenir à Versailles, au service de la paroisse Sainte-Jeanne D’arc pour deux années. Depuis l’an 2000, il résidait à Saint-Germain-en-Laye dans la maison de retraite des sœurs Augustines du Sacré Cœur de Marie. Il y est décédé le dimanche 12 février dans sa 102ème année.

Il avait pour devise épiscopale : Veni Domine Jesu - « Viens Seigneur Jésus »